La Presse en parle

 -
  • Michèle et Olivier Lepareur officient depuis 2002 rue du Château.
    Le secret de la longévité de leur boulangerie-pâtisserie :
    de la qualité et une relation de confiance avec leurs clients.

Neuilly Journal Indépendant. NO 1247 - p53

 -

Le goût par dessus tout

 -

Après un apprentissage chez un meilleur ouvrier de France en Normandie, Olivier Lepareur rejoint la maison Mulot dans le 6ème arrondissement. Un lieu essentiel. Il y fait sienne la devise du chef : maîtriser le pain pour donner ensuite envie aux clients de goûter les pâtisseries. Et il y rencontre sa future femme, Michèle, une italienne de Florence. Ensemble ils décident de recréer un ilot similaire à celui de la rue de Seine à Neuilly, un lieu où se croiseraient des célébrités et des voisins, simplement. Pari réussi. Près de 1100 personnes franchissent le seuil de la boulangerie chaque jour. Parmi eux l'on compte de nombreux fidèles, comme en témoigne Michèle. « Je vois les bébés grandir, les enfants se marier. les professionnels partir à la retraite. C'est la meilleure des gratifications pour nous.» Chez Lepareur pour que les sept vendeuses reconnaissent les clients et que tous puissent acheter - enfants, nounous indus - l'on a mis en place un système de comptes prépayés via une tablette tactile.

La qualité est essentielle

 -

Mais avant tout. si les voisins choisissent de venir rue du Château, c'est parce qu'ils y trouvent des produits maîtrisés. « Le métier de boulanger ne consiste pas uniquement à mélanger de l'eau, du sel, de la levure et de la farine. Il faut bien choisir les produits de base, renouveler le matériel régulièrement, maîtriser la température de la farine, de l'eau, savoir façonner, mettre la baguette au four au bon moment, être précis sur le temps de pause ». Même principe pour les spécialités sucrées auxquelles il faut ajouter un élément clé : la formation permanente. En tête des spécialités du chef pâtissier Olivier, figure le Mont Blanc, une crème de marron coiffée de chantilly et de meringue. Suivent une longue liste de desserts : tartes aux fraises. aux pommes, au citron. Au quotidien la pâtisserie produit près de 900 baguettes, 220 gâteaux individuels, 20 entremets, en s'efforçant de maintenir des tarifs accessibles. « La qualité est essentielle mais la pâtisserie ne doit pas être un luxe » conclut Michèle.

Sources :

Neuilly Journal Indépendant. NO 1247, P53